Comprendre la relation entre la France et le Qatar

 In U.S.

Le président français a signé jeudi plusieurs contrats avec Doha, pour un montant total de plus de 11 milliards d’euros.

L’ambassadeur de France au Qatar, Eric Chevallier, et Sheikha Hind bint Hamad al-Thani, la présidente de la Qatar Foundation, échangent les textes des accords billatéraux durant la visite d’Emmanuel Macron à Doha le 7 décembre.

Lors de son déplacement au Qatar, jeudi 7 décembre, le président français a signé pour plus de 11 milliards d’euros de contrats, qui reviendront à l’industrie française. Des contrats d’armement, comme la vente d’au moins douze avions de combat Rafale et de plusieurs centaines de blindés, mais aussi des accords concernant la concession du métro de Doha, la capitale du Qatar, confiée au consortium SNCF/RATP.

Cette visite, qui est à la fois hautement politique et économique, a lieu alors que le Qatar est la cible d’un blocus diplomatique et économique de la part de l’Arabie saoudite et de ses alliés sunnites (Emirats arabes unis, mais aussi Bahreïn, Egypte et Yémen).

Lire :
 

Métro, Rafale, A321… 11,1 milliards d’euros de contrats signés à l’arrivée de Macron au Qatar

  • Quels sont les liens économiques entre la France et le Qatar ?

La France n’en est pas à son premier gros contrat avec ce petit Etat pétrolier – sur le site du ministère des affaires étrangères français, on peut notamment lire que les « liens économiques avec le Qatar sont solides ». « Sur les neuf premiers mois de l’année 2017, nous avons importé 432 millions d’euros et exporté vers le Qatar un milliard d’euros », fait savoir le site du ministère.

Ainsi selon un rapport établi en février 2017 par l’ambassade de France au Qatar, l’émirat représente « le deuxième client [de la France] à l’échelle de la région des pays du Golfe », derrière les Emirats arabes unis.

En ce qui concerne l’économie française, les investissements du Qatar sont assez diversifiés : l’émirat a investi un peu partout – dans le sport, l’immobilier ou l’industrie –, grâce à un fonds souverain, la Qatar Investment Authority (QIA).

Le Qatar est, par exemple, propriétaire du club de football Paris-Saint-Germain, et investit régulièrement des sommes importantes pour acquérir des joueurs ; par ailleurs, le Qatar est actionnaire du groupe média Lagardère (notamment Europe 1, RFM, Le Journal du dimanche, Paris Match, Elle) à plus de 13 %, ce qui en fait le premier actionnaire du groupe. A travers la QIA, le pays est présent au capital de groupes comme Vinci, Total, ou LVMH et Accor.

Get Breaking News Delivered to Your Inbox
Join over 2.3 million subscribers. Get daily breaking news directly to your inbox as they happen.
Your Information will never be shared with any third party.
Get Latest News in Facebook
Never miss another breaking news. Click on the "LIKE" button below now!